AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [F-1] Would you love a monsterman ? [PV Jimena et Bruna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Noïd Ochita
avatar
Nombre de messages : 115
Age : 25
Localisation : La ou vous apercevez des débris.
Humeur : Sauvage
Date d'inscription : 14/06/2012

†Fiche Personnage†
Level: S
Race de Monstre: Ange (déchu)
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: [F-1] Would you love a monsterman ? [PV Jimena et Bruna]   Jeu 26 Sep - 7:08

Noïd adressa un regard passablement énervé à la fille qui le regardait d'un air estomaqué, ce qui eut pour effet de la faire détaler vitesse grand V. Pourquoi est-ce que les gens étaient toujours si étonnés de le voir attendre calmement en face d'une chambre féminine ? Est-ce qu'il avait réellement la réputation d'un abruti capable de violer les femmes sans retenue pour son bon plaisir ?
A la réflexion, il préférait ne pas le savoir.
En attendant, il était accoudé au mur à côté de la porte de la chambre F-I, au premier étage de l'aile Ouest. C'était un lieu ou il n'allait pas souvent, étant donné que lui était de l'aile Sud et que quand il avait du temps libre, il préférait le passer à peindre ou à dormir plutôt qu'à explorer l'école. Du coup, c'était à proprement parler la première fois qu'il venait ici, ce qui étonnait pas mal de monde. Ils espéraient que la menace resterait sagement cantonnée à l'aile Sud, apparemment. Comme si il détruisait tout ce qu'il touchait...

- « ...Mais quelle réputation j'ai dans cette foutue école ? » , grommela Noïd.

La chambre à côté de lui était celle de trois personnes, mais il n'en connaissait qu'une seule sur les trois. Il ne savait absolument pas qui était Emily O'Hara et Tala Futagya, mais la troisième personne, Jimena Jewel, c'était elle qu'il était venue voir. Il savait qu'elle n'avait pas encore fini les cours, et était donc venu un peu en avance. Jimena... La seule personne qui avait réussi à attraper son cœur. Avant de le repousser quand il s'était avancé... Bref, une personne unique.
Enfin, il était plus exacte de dire qu'elle était la seconde. Il y en avait eu une autre, avant... Une personne qui avait réussi à s'approcher de lui. Mais elle lui avait été retirée avant qu'il ne puisse vraiment ouvrir son cœur à elle. C'était peut-être pour ça qu'il était allé aussi vite avec Jimena... Il ne maîtrisait pas bien le rythme humain, et savait jamais quand il fallait ou pas s'avancer. Bon, de toute façon ce qui était fait était fait... Pour Jimena.
Comme pour Bruna.

***************************************************

Il s'en souvenait. Alors qu'il venait tout juste de naître, en tant qu'ange. Il était à ce moment la encore timide, n'ayant aucune expérience de la vie... ou ne s'en souvenant pas. L'ange qui l'accompagnait lui avait dit qu'il allait rencontrer sa tutrice, une ange d'exception, qui allait le former au métier de protéger des humains.
Ce fut ce jour-là qu'il la rencontra. Une chevelure rouge vif, des formes à en faire tomber n'importe qui. Un regard de braise, qui pétillait à l'idée de rencontrer son nouvel élève. Noïd n'avait pas pu soutenir ce regard, ce jour-la... Et avait contemplé piteusement ses pieds. Jusqu'au moment ou elle avait attiré sa tête contre sa poitrine dans un gros câlin.

- « Enchantée de te rencontrer. Tu t'appelles Noïd, c'est ça ? Je m'appelle Bruna Brumelune, et à compter d'aujourd'hui, je serai ta tutrice.

- Heu... je... Je suis Noïd Ochita. En... Enchanté, aussi. »

Il se souvenait, quelques jours plus tard, lors d'une descente dans le monde des humains. Il tremblait, ce jour-la. C'était la première fois qu'il devait protéger un humain... Dans une situation aussi dangereuse. Cette situation, c'était la guerre entre la France et l'Allemagne. Son humain avait été désigné pour participer à un assaut contre le camp adverse... Le genre dont on a très peu de chances de revenir vivant. Et lui devait le protéger sans se faire voir au milieu de ce bordel... ? Bruna posa la main sur son épaule, et lui sourit.

- « C'est une mission compliquée, Noïd... Mais ne t'inquiètes pas, je suis avec toi. Tu a le potentiel pour le faire. Je te protégerai, Noïd. Alors ne paniques-pas, calme-toi... Et fais ce que tu as à faire. »

Et il s'était calmé. Et avait mené à bien sa mission... Sans se faire repérer.

Il se souvenait aussi de ce jour... Le jour ou elle avait subi le scellage pour la première fois, ou il avait à côté d'elle. Le jour ou il avait quitté le paradis. Et il se souvenait aussi du jour ou... Elle était morte. De la tristesse qui l'avait envahie. Du parfum de ses lèvres qui refroidissaient... De leur goût aussi.

***************************************************

Noïd sursauta. Il ne s'était pas attendu à partir aussi loin dans ses pensées. Ça avait tendance à lui arriver chaque fois qu'il pensait à elle... Mais bon, le passé était le passé, et il avait tourné la page. Elle ne reviendrait pas... Maintenant, c'était une petite femme brune qu'il aimait. Une femme qui s'appelait Jimena Jewel.

- « … Je réfléchis trop. Je verrais bien comme ça se passera... Oh ? »

Un bruit de pas. Deux personnes. La première, il le connaissait, c'était le bruit de pas de Jimena. La seconde lui disait vaguement quelque chose, mais il avait la flemme de s'en rappeler. Noïd se décolla du mur, et fit un grand signe de la main en voyant Jim'. Elle ne savait pas qu'il était la, normalement, il avait voulu faire une surprise a son « amie ». Par contre... La personne à côté d'elle. Il la connaissait. Noïd stoppa net son geste.
Des cheveux rouges et longs...
Des yeux qu'il ne connaissait que trop bien.
Un corps qui ferait haleter n'importe quel lycan.

Le déchu resta planté net sur place. Il se colla à lui-même une gifle, assez conséquente, pour vérifier qu'il ne rêvait pas. Il ne rêvait pas.
Pourquoi... Ou plutôt... Comment ?
Il tomba à genoux. Estomaqué.
Bruna... Brumelune... avec Jimena Jewel.
Revenir en haut Aller en bas
Jimena Jewel
avatar
Nombre de messages : 218
Age : 23
Date d'inscription : 19/04/2011

†Fiche Personnage†
Level: B
Race de Monstre: Sorcière
Karma:
130/200  (130/200)

MessageSujet: Re: [F-1] Would you love a monsterman ? [PV Jimena et Bruna]   Jeu 26 Sep - 7:54

Jimena entra dans le bâtiment suivit de Bruna qui semblait ne plus vouloir la lâcher.

"Je vais m'allonger dans mon lit et ça ira mieux après. Encore désolée pour tout ça... C'est juste une vieille histoire qui a refait surface."

"C'est pas facile tout les jours de vivre ici !" allait-elle ajouter. Mais elle ne voulait pas lui faire peur. Et puis les apparences pouvaient être trompeuse. Bruna pouvait très bien être douée en magie ou elle ne savait quoi d'autres. Si ça se trouve c'était un vampire, ou même un gros monstre à trois bras et quatre yeux. On voyait de tout dans cette école !

"Euhm... Merci pour tout Bruna. Vraiment."

Sa chambre était au bout du couloir. Et lorsqu'elle releva la tête, son coeur fit un bond.

Grand, cheveux blanc, adossé au mur devant la porte de SA chambre. Combien y'avait-il de chance pour qu'il soit venu pour elle et non pas pour une de ses camarades ? Son coeur ne s'arrêtait plus de battre, elle continuait d'avancer dans sa direction sans pouvoir dire un mot, Bruna à ses côtés. Elle était contente, oh oui elle l'était. Il était revenu la voir. Ca voulait dire qu'il tenait vraiment à elle. L'espace d'un instant, toutes ses angoisses à cause des mauvais souvenirs du temple avait disparus. Elle se souvenait du moment passé avec lui à discuter de tout et de rien. Ca avait été géniale. Et la, il était devant elle, à attendre. Il tombait plus qu'au bon moment, tout ses soucis s'étaient envolés rien qu'à l'idée de pouvoir lui parler de nouveau.

Elle redoutait cependant le moment ou il remarquerait qu'elle arrive. Qu'est ce qu'elle devrait faire à ce moment-là ? Un simple bonjour ? Sourire ? Et Bruna ? Il fallait la présenter. Elle imaginait déjà la scène. Depuis combien de temps ne s'était-elle pas retrouvé avec plus de deux personnes qu'elle apprécie ? Comme des amis ? Un groupe d'ami. Elle avait l'impression que tout allait pour le mieux maintenant, et que finalement il n'y avait pas que des mauvais côtés ici. Il y avait des gens biens, qui l'appréciaient. Pour une fois, elle se sentait bien, entourée.

Il tourna enfin la tête vers elles et fit un signe de main. Jimena ne put s'empêcher de sourire. Puis il se stoppa net. Quelque chose n'allait pas. Elle le lisait à présent sur le visage de l'ange. Elles s'approchaient encore, Bruna semblait ralentir à son tour. Quoi ?

Noïd s'auto-gifla, la petite brune fit la grimace. Quoi ?
Il tomba à genou. C'était le pompon. Et c'était pas elle qu'il fixait comme ça. C'était Bruna. Elle tourna la tête vers la rousse, ils se regardaient silencieusement. C'était particulier. Étrange. Ils se connaissaient. Et pas qu'un peu visiblement. Jimena se sentit de trop, mal à l'aise, elle recula contre le mur. Le bonheur ne dure jamais longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Bruna Brumelune
avatar
Nombre de messages : 50
Age : 30
Date d'inscription : 20/03/2013

†Fiche Personnage†
Level: A+
Race de Monstre: Origine
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: Re: [F-1] Would you love a monsterman ? [PV Jimena et Bruna]   Jeu 26 Sep - 8:34

La brunette avançait vers le bâtiment, vacillant légérement à chaque pas. Jimena pouvait bien prétendre que tout allait pour le mieux, Luna sentait la honte, la peur, la douleur qu'elle ressentait encore. Comme une légére odeur évanescente autour d'elle, l'odeur du pain sorti du four, arôme qui ferait monter l'eau à la bouche de n'importe quel passant.

Oh oui. Elle reviendrait la voir, la petite Jimena. Pour renifler cette bonne odeur. Et un jour, proche ou lointain, voir si le pain était aussi délicieux qu'elle le pensait. Croquant. Juteux.

La rousse lui adressa un petit sourire tout en désignant d'un geste l'escalier en colimaçon. Elle préférait rester derrière. Pour pouvoir rattraper la jeune fille si jamais elle avait un étourdissement. C'est qu'elle semblait encore si pâle et fragile... On avait tellement envie de la protéger et de la mettre sous verre, comme une délicate bergère de porcelaine. Bruna se devait de faire attention à elle. Que personne ne la touche, ne la brise.

Elle voulait être la seule à entendre le bruit que ferait cette poupée quand elle la démembrerait.

Marche après marche, elles grimpaient. Jimena prenait une légére pause toutes les deux marches, essayant de ne pas perdre haleine, puis repartait. Plus haut, plus chaud. Luna sentit ses doigts ses doigts se mettre à picoter, délicieusement, sous cet assaut de tiédeur. La rampe métallique restait néanmoins fraiche, sauf aux endroits où Jimena y avait posé la main. Contraste des plus agréables.

Elle lâcha à regret la rampe en arrivant sur le palier, suivant de près Jimena. C'était tellement amusant de jouer du chaud et froid sur la pulpe sensible des doigts, comme une berceuse des sens serinée au gré des envies. Mais il fallait bien emmener la petiote à sa chambre, la consoler et la bercer, l'assurer que le croque-mitaine ne viendrait pas la chercher cette nuit. Ce qui était tout à fait vrai, d'ailleurs. Bruna avait d'autres plans pour la nuit.

Sauf qu'il y avait quelqu'un au fond du couloir. Jimena s'était figée en l'apercevant. Serait-ce de peur ? personne n'avait le droit de toucher à sa proie. Elle s'avança d'un pas en direction de l'individu...

Un jeune homme aux cheveux blancs et à l'air sauvage.
Une paire d'yeux écarlates.
Et un air complétement ahuri sur le figure.

Noid.
Noid.

Pendant un instant, elle sentit Bruna passer littéralement devant et contempler tendrement son petit protégé. Ses cheveux étaient un peu plus long qu'avant, mais il était toujours le même angelot impulsif. Elle le savait. Le sentait. Toujours à chercher la bagarre, toujours à la trouver. Les multiples écorchures sur son visage en attestaient. Et cet air perdu sur son visage que si peu de gens avaient vu auparavant, aveuglés par le masque de violence... Tellement perdu...

Derrière. Retourne derrière.

Lutte entre les deux alors que Bruna tentait de rester devant. Son corps tremblait légérement, donnant l'impression qu'elle hésitait entre fuir et courir vers lui.

En arrière.
Ne le touche pas !
Je ne ferai rien. Pas maintenant.
Jamais !
Ne me donne pas d'ordre !
Il est à moi !

Dispute sans fin entre les deux qui si elles avaient pu, se seraient véritablement battues. Luna était plus forte, mais Bruna s'accrochait bec et ongles, refusant de le champ libre à l'ancienne Ombre.

Dispure qui s'acheva sur un claquement sec. La joue de Noid arborait une magnifique trace de main. Et l'ange tomba carrément à genoux, les yeux toujours fixés sur elle.

- Oh, Noid... dit Bruna sur un mi-exaspéré mi-attendri, avant que Luna ne la ramène en arrière de force. La perte de concentration lui avait été fatale.

Luna était de retour au controle du corps... Et totalement paniqué. C'était Noid. Le Noid de Bruna. Le déchu qui avait donné naissance à son meurtrier. Que faisait-il ici ? Pourquoi ? Et surtout... Comment réagir ?! Bruna s'agitait toujours, l'empêchant de réfléchir froidement et son corps... son corps lui donnait l'impression d'agir tout seul. Elle avait chaud. Très chaud. Et son coeur s'accélérait chaque fois qu'elle entrevoyait le visage du déchu, pulsant fort, très fort, comme un tambour de guerre qui enverrait cette chaleur dans son corps à chaque Pan.

Jimena se décala d'un pas, sentant la tension monter. Contre le mur, elle les regarda alternativement, perplexe, ne comprenant visiblement pas ce silence soudain. Ce n'était pas bon. Elle devait se calmer, ne pas l'inquiéter.

Luna se rapprocha d'elle, lui posant une main sur l'épaule. En signe de réconfort évident. De possession aussi. Sa proie. Que Noid ne s'en approche pas, avec ses gros poings. Et la jeune fille avait un besoin urgent de se reposer. S'occuper d'elle, déjà. Ca lui laisserait un peu de temps pour se reprendre. Réfléchir. Alors être calme, respirer. Parler normalement.

-Jimena ici présente vient de subir un gros choc, Noid,  déclara d'un ton neutre Luna. Les explications peuvent-elles attendre qu'elle soit au calme dans sa chambre ?
Revenir en haut Aller en bas
Noïd Ochita
avatar
Nombre de messages : 115
Age : 25
Localisation : La ou vous apercevez des débris.
Humeur : Sauvage
Date d'inscription : 14/06/2012

†Fiche Personnage†
Level: S
Race de Monstre: Ange (déchu)
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: [F-1] Would you love a monsterman ? [PV Jimena et Bruna]   Sam 5 Oct - 10:32

Il fallut que Jimena se décale, l'air passablement perturbée, pour que Noïd réussisse à reprendre ses esprits, et réussisse à se concentrer sur le visage qu'il aimait... Oui, qu'il aimait. Jimena était maintenant adossée au mur, ne sachant visiblement que faire. Elle avait du capter le malaise, et s'en voulait peut-être. Ou alors elle était juste triste... Mais pourquoi ? Elle qui ne voyait en lui qu'un simple ami, pourquoi devait-elle se sentir à l'aise maintenant ?
Et Bruna... Bruna semblait visiter toutes les émotions possibles et imaginables. Le visage qu'il avait chéri plus que tout autre chose à une période... prenait maintenant une mimique qu'il connaissait par cœur, a la fois attendri et un peu énervé...

« - Oh, Noid... », dit-elle à voix basse... C'était sa voix. Sa voix. La voix qu'il avait entendu en boucle pendant son siècle d'existence au Paradis. La voix qu'il avait aimé. Et qui lui avait été arraché... dans un hurlement de douleur. Il s'en souvenait encore aujourd'hui, comme si le décès de l'ange déchue ne s'était passée qu'hier.

Elle était morte. Morte. MORTE ! Alors comment pouvait-elle se tenir devant lui maintenant ? La mort n'était pas quelque chose dont on pouvait revenir sans être dénaturé. Mais ce corps... Ce corps n'était pas celui d'un zombi. Il pouvait sentir la chaleur qui en émanait, il pouvait sentir la vie qui battait son plein à l'intérieur. Il pouvait contempler le rouge qui avait envahi son visage... Mais elle était paniquée. Le visage paisible qu'il chérissait avait disparu, remplacé par ce qui semblait être... de la peur. Soigneusement contrôlée, mais de la peur quand même ?
C'était quoi ce bordel, elle avait peur de lui maintenant ? Elle était la seule, avec Jimena, qui ne l'avait jamais craint, alors pourquoi maintenant ? Pourquoi... elle lui avait caché qu'elle était vivante ? Noïd serra le poing, en se redressant.
Etait-il triste, heureux ou en colère ? Il ne le savait pas lui-même.

- « -Jimena ici présente vient de subir un gros choc, Noid. Les explications peuvent-elles attendre qu'elle soit au calme dans sa chambre ? »

L'ange déchu fronça les sourcils, puis contempla Jimena. En effet, elle ne savait pas ce qu'elle faisait la, visiblement. Typiquement Jimena. Noïd s'approcha d'elle, et lui attrapa la main, pour l'entraîner doucement vers la chambre, ignorant totalement la déchue qui avait posé ses mains sur les épaules de la jeune fille. Il ne savait pas ce qu'il y avait entre Bruna et elle... Mais elles se connaissaient. Dans tous les cas, il devait rassurer Jimena. Il détestait l'idée de la laisser dans l'incompréhension... Mais il ne pigeait rien lui-même.
L'incompréhension la plus marquée venait de... Bruna. De sa voix... neutre. Comme si elle parlait à un étranger. Alors qu'ils avaient passés un siècle ensemble.
Il était devenu un étranger ? Elle avait peur de lui car il était devenu un étranger ?

- « Bon... voilà ce qu'on va faire. Jimena, poses tes affaires, et assieds-toi... Ça ira mieux après. »

Gentiment, il la força à s'asseoir, et lui frotta affectueusement la tête. Quelque part, ces gestes d'affection simples l'apaisaient. Comme s'il était revenu au temps ou il voulait ouvertement la draguer. Le temps ou les choses étaient simple... Noïd alla s'accouder contre un mur, et se retint de ne pas serrer le poing. Il contempla un instant le visage de Bruna. Ce visage qu'il pensait avoir cessé d'admirer... Non. La même poigne lui serrait le cœur qu'il y a un peu plus d'un an, le jour ou elle était venue cueillir ses lèvres se façon passionné. Le jour il avait cessé de la considérer comme une amie pour la considérer comme plus, sans pouvoir mettre de mot sur ce qu'elle était devenue pour lui. Il pensait que ce sentiment avait disparu mais...
Puis son regard se porta sur Jimena. Et le même sentiment de chaleur qu'il éprouvait toujours en la regardant se répandit dans son corps. Un sentiment simple, agréable. Une envie de s'accrocher à elle et de ne plus la lâcher. De passer sa vie dans ses bras. L'envie de respirer ses cheveux, de se réveiller le matin et de la trouver à côté de lui.
Noïd se crispa. Les choses ne restaient jamais simple.

- « Bon... Même moi, je sais plus ou j'en suis, bordel de merde. Jim', je pense que t'es encore plus paumée que moi mais... Pour faire simple, tu as devant toi une femme qui était censée être morte... Elle a crevé la gueule ouverte devant moi... C'est la dernière fois que j'ai pleuré. Donc heu... Je peux te demander comment tu l'as rencontrée ? »

Noïd se tourna vers Bruna, et fronça les sourcils. Il semblait sincèrement désemparé.

- « Pourquoi ? Pourquoi est-ce que tu ne m'as rien dit ? Pourquoi tu ne m'as pas fait confiance, Bruna ? Comment tu as réussi à revenir ? ET QU'EST CE QUI TE FAIS PEUR CHEZ MOI, MERDE ? »

Il avait crié la fin de cette phrase. Il ne comprenait pas. Il ne comprenait plus. Est-ce qu'il avait encore envie de comprendre, en fait ? Il n'en était même plus sûr. Pour l'heure, il avait juste envie de cesser de réfléchir, mais il ne le pouvait. La situation était mille fois trop complexe.
Revenir en haut Aller en bas
Jimena Jewel
avatar
Nombre de messages : 218
Age : 23
Date d'inscription : 19/04/2011

†Fiche Personnage†
Level: B
Race de Monstre: Sorcière
Karma:
130/200  (130/200)

MessageSujet: Re: [F-1] Would you love a monsterman ? [PV Jimena et Bruna]   Sam 5 Oct - 16:52

Jimena ici présente vient de subir un gros choc, Noid. Les explications peuvent-elles attendre qu'elle soit au calme dans sa chambre ?

Et tout lui revint en tête. Greg, cabane, sang, peur panique. Et maintenant ça. Ils se connaissaient tout les deux et visiblement c'était l'heure des retrouvailles. Et pourquoi fallait-il qu'elle y assiste ? Pourquoi ça lui faisait mal ? S'ils se retrouvaient réellement ça devrait lui faire plaisir. Leur faire plaisir à tous. Pourquoi alors, est ce que l'atmosphère n'était pas propice à la joie ? Qu'est ce qui n'allait pas ?

Noïd lui attrapa la main et l'attira vers lui, forçant Bruna à la lâcher. Il l'entraîna dans sa chambre et la petite brune le laissa faire. Elle n'avait pas la volonté de l'arrêter, là, tout de suite. Il la fit asseoir et tentait sûrement de la rassurer avec quelques paroles qui avaient du mal à se frayer un chemin dans la tête de la sorcière. Qu'est ce qu'elle devait faire ? Elle leva la tête, regarda Noïd se poser contre un mur, puis elle se tourna vers Bruna qui venait d'entrer dans sa chambre. Pourquoi elle était là, elle, entre les deux ? Elle avait la désagréable impression de s'immiscer entre eux. Elle n'avait rien à faire là. Envie de disparaître. De fuir. Elle serra les poings pour ne pas craquer. Ne pas craquer.

"Bon... Même moi, je sais plus ou j'en suis, bordel de merde. Jim', je pense que t'es encore plus paumée que moi mais... Pour faire simple, tu as devant toi une femme qui était censée être morte... Elle a crevé la gueule ouverte devant moi... C'est la dernière fois que j'ai pleuré. Donc heu... Je peux te demander comment tu l'as rencontrée ? "

Trop. D'informations. D'un coup. Décryptage.

La première phrase ainsi que l'intonation donné indiquait que son auteur était passablement énervé, probablement parce qu'il ne comprenait rien. La seconde phrase, dit avec plus de douceur indiquait qu'il prenait en considération Jimena dans l'équation. La troisième expliquait qui était Bruna à ses yeux. Quelqu'un d'important, les phrases quatre et cinq en attestaient. Mise en lien avec ses souvenirs, c'était peut-être la fille pour qui il avait quitté le paradis ? Et enfin, il termina par une question. Auquel elle devait répondre sans doute. Elle mit quelques secondes avant de répondre, cherchant comment expliquer ça.

"Bah... Je l'ai rencontré par hasard un peu plus tôt dans la journée, on... Elle avait l'air perdue alors j'ai voulu l'aider..."

Avait-elle mal fait ? Non. Pourquoi serait-ce le cas ?

"Pourquoi ? Pourquoi est-ce que tu ne m'as rien dit ? Pourquoi tu ne m'as pas fait confiance, Bruna ? Comment tu as réussi à revenir ? ET QU'EST CE QUI TE FAIS PEUR CHEZ MOI, MERDE ?"

Pourquoi hurlait-il ?! Pourquoi est ce qu'il devait s'énerver comme ça ! Stop, STOP. Pourquoi fallait qu'elle assiste à ça ?! Elle ne voulait pas ! Et puis qu'est ce qu'ils étaient l'un pour l'autre ? Amant non ? Tout le laissait à penser. Alors il devrait être heureux de la retrouver. Sûrement trop d'émotions incontrôlable pour l'ange déchu. Elle pouvait comprendre, elle l'excusait donc. En attendant, elle était là, avec la sensation d'être présente là ou elle ne devrait pas. Mais pourquoi... Devait-elle assister à ça ? Mais non, bien sur qu'elle ne devait pas ! Elle ne pouvait pas rester ici, tout du moins, elle ne pouvait pas les laisser ici, devant elle. Tout ça ne la regardait pas après tout. Bon, elle n'allait pas leur laisser sa chambre... Alors le mieux c'était encore de...

"Euhm... Bon... Je crois que tout ça ne me regarde pas alors... Le mieux serait que vous discutiez tout les deux au calme, seuls."

Elle se leva, attrapa le bras de Noïd et l'attira vers la sortie.

"Parce que je crois que vous avez pleins de choses à vous dire. Mais vous n'avez certainement pas besoin de moi pour ça."

Elle ouvrit la porte et le fit sortir. Puis Bruna subit le même sort tandis qu'elle continuait de parler, ne laissant pas de place à une seule réplique de leurs part.

"Et ne vous en faites pas pour moi, je vais très bien. Je vais simplement plonger dans mon lit, et faire un ptit somme."

C'était ce qu'il y avait de mieux à faire. C'était certain. Ils étaient maintenant tout les deux dehors.

"Bien. Il ne vous reste plus qu'à discuter tranquillement tout les deux. Et soyez heureux de vous retrouver, n'est ce pas ?" dit-elle en regardant Noïd. "Et... Merci pour tout."

Petit sourire et elle referma la porte. Elle n'imaginait pas... Que ce serait si douloureux. Elle retenait ses larmes, elle attendrait qu'ils soient partis pour se laisser aller. Parce que cette journée fut plus qu'éprouvante pour elle, à tout point de vue. Cette cabane, ce "peut-être" quelqu'un à l'intérieur, la peur qu'elle avait ressentit. Et puis ces retrouvailles plus qu'étrange entre un ange déchu et une morte. Elle espérait sincèrement que ça allait s'arranger pour tout les deux. Ainsi Noïd n'aura plus besoin de souffrir à cause d'elle... Peut-être... Il allait se détourner d'elle, l'oublier. Cette idée lui fit peur. Bah, ça voulait pas dire qu'elle disparaîtrait complètement ! Ils pourraient... Rester amis... C'était ce qu'ils étaient non ? Et puis Noïd et Bruna devaient former un chouette couple. Aucune raison d'être triste. Aucune raison de pleurer. Enfin. La quelques larmes perlaient déjà ses joues, mais c'était parce qu'elle avait du faire face à une trop rude journée. Ca irait mieux plus tard. Demain.

Elle s'assit contre le mur et se recroquevilla. Elle allait bien. Elle était juste un peu fatiguée.
Revenir en haut Aller en bas
Bruna Brumelune
avatar
Nombre de messages : 50
Age : 30
Date d'inscription : 20/03/2013

†Fiche Personnage†
Level: A+
Race de Monstre: Origine
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: Re: [F-1] Would you love a monsterman ? [PV Jimena et Bruna]   Lun 7 Oct - 12:20

Tout se bousculait, allait trop vite. Luna commençait à paniquer. Elle avait toujours su qu'elle devrait un jour se confronter à l'ange déchu, mais elle avait imaginé qu'elle choisirait le moment. Qu'elle controlerait les circonstances de cette rencontre. Que Bruna resterait calme. Jamais, ô grand jamais, elle n'aurait imaginé le croiser par hasard au détour d'un couloir en ramenant chez elle une potentielle proie. Jamais elle n'aurait imaginé que Bruna se battrait aussi fort et que ce fichu corps se mettrait de la partie.

Noid était trop. Trop de choses en même temps. A protéger. A fuir. A détruire. A combattre. A serrer dans ses bras. Proie. Amant. Adversaire. Protégé. Ange. Déchu. Ennemi. Ami. Impossible de se concentrer sur une image, une seule.

Il s'approchait, et elle ne pouvait pas réagir d'une façon ou d'une autre, saisie de stupeur comme un lapin ébloui par la lumière des phares d'un 36 tonnes lui fonçant dessus. Elle allait se faire écraser. Embrasser. Révéler. Elle ne savait pas, ne savait plus. Elle en tramblait.

Mais Noid s'arrêta avant, prenant la main de Jimena dans la sienne et la ramenant vers sa chambre à petits pas. Elle regarda ces deux mains aux doigts entremêlés, la petite de l'adolescente presque dissimulée dans la paume blanche du Déchu. Comme deux amants. Comme elle et lui, avant.

Quelque chose en elle remua. Non. Quelque chose en elles remua. Quelque chose de nouveau.

Luna avanc presque mécaniquement. Pour protéger. Sa proie ? Ses Proies ? Noid ? Aucune idée. Juste... elle doit y aller. Elle rentre. Et le voit adresser un sourire à la petite brune puis passer la main dans ses cheveux. Et c'est son corps qui réagit seul désormais, et la main de Bruna monte jusqu'à son oreille, y cale une mèche. Un frisson la parcourt à ce contact. Il a fait ça un jour lui aussi. A elle. Qui que soit elle. Pas à Jimena.

Ca remue toujours, et elle détourne les yeux par réflexe. Qu'est-ce qui brûle comme ça et l'empêche de respirer ? C'est juste... douloureux. Ca lui rappelle sa première blessure, celle qu'elle avait reçu lors de sa première naissance. Une épaule traversée par une balle et une douleur fantôme, dont on sait qu'elle existe mais qu'on ne ressent pas. La situation est inversée, ici ; elle ressent la souffrance, mais il n'y aucune blessure pour l'expliquer.

Luna reporte son regard sur Noid juste avant qu'il ne parle et la souffrance se multiplie alors qu'elle voit une étincelle danser dans ses yeux fixés sur la brune.

« Bon... Même moi, je sais plus ou j'en suis, bordel de merde. Jim', je pense que t'es encore plus paumée que moi mais... Pour faire simple, tu as devant toi une femme qui était censée être morte... Elle a crevé la gueule ouverte devant moi... C'est la dernière fois que j'ai pleuré. Donc heu... Je peux te demander comment tu l'as rencontrée ? »

Jimena lui répond d'un ton perdu, mais Luna n'y prête pas attention, trop occupée à essayer de retrouver son calme. Elle doit calmer la chose qui s'agite en elle, la situation est déjà bien assez complexe comme ça. Peu importe qui c'est, elle doit juste maintenir le masque Bruna. Gentille. Généreuse. Altruiste. C'est tout.

Sauf qu'il la regarde maintenant, colère et perplexité dans les yeux, et que tout explose de nouveau.

« Pourquoi ? Pourquoi est-ce que tu ne m'as rien dit ? Pourquoi tu ne m'as pas fait confiance, Bruna ? Comment tu as réussi à revenir ? ET QU'EST CE QUI TE FAIS PEUR CHEZ MOI, MERDE ? »

Bruna remue. Luna panique. Son corps veut se recroqueviller et lui sauter dessus en même temps. Et cette chose continue sa course folle en elle, une chose rouge, une chose dangereuse, incontrôlable. Il a mal, elle le sent confusément, et ça lui fait mal et plaisir en même temps. Et pas qu'à elle. A Bruna aussi. Qui apprécie son trouble, estime qu'il l'a mérité. Qu'il aurait dû souffrir plus au lieu de se tourner vers la premiere brune venue !

Et ça lui fait peur. Elle est censée être la méchante, celle que Bruna doit raisonner. Et c'est elle, Luna, qui se retrouve à empêcher Bruna de passer devant pour ne pas s'en prendre à eux. Le monde à l'envers, les repères se perdent.

L'atmosphère est lourde, chargée, mais elle ne l'apprécie pas comme elle devrait. Elle ne sait plus ce qu'elle doit faire, plus ce qu'elle est. Comme si Bruna et Luna intervertissaient leurs roles d'une certaine façon ou fusionnaient. Elle ne sait plus !

C'est Jimena, la petite proie fragile qui prend l'initiative de les mettre à la porte. Qui saisit Noid au creux du coude pour le tirer doucement dehors - ses yeux suivent le geste tendre et pourtant ferme et la chose s'excite encore. Puis elle revient la chercher et la met elle aussi dehors - et elle contemple toujours cette petite main qui était il y a si peu de temps au contact de la peau du Déchu. Juste, elle la regarde, ne pensant même pas à profiter de la douleur morale que sa proie ressent.

Et la porte se referme, claque, les laissant face à face.

Elle regarde Noid en face d'elle. Grand. Blanc. Les yeux rouges. Inchangé. Son Noid. A tous les deux. A tous les trois, si on compte le corps.

Mais ce n'est plus leur Noid, il est désormais à quelqu'un d'autre. A Jimena. Il s'est volontairement offert à elle, pendant que l'Origine tentait de survivre dans ce monde dont elle aurait du être exclu. Pendant qu'elle cherchait à peaufiner ses talents pour pouvoir se venger de l'Ombre du Déchu, pour pouvoir l'éliminer. Pour elle. Et un peu pour lui aussi peut-être ?  

Pour lui qui l'a oubliée et désormais l'accuse d'être vivante.

Noid est trop de choses, mais il y'a une chose sur laquelle Bruna, Luna et le corps s'accordent. Ils ont mal. A cause de lui.

La claque vole sur sa joue, la marquant de rouge alors qu'elle sent des larmes couler sur ses joues malgré elle. Peu importe qui "elle" est, là tout de suite, une seule chose compte : il lui a fait mal. Et il ne le sait même pas.

" IDIOT !"
Revenir en haut Aller en bas
Noïd Ochita
avatar
Nombre de messages : 115
Age : 25
Localisation : La ou vous apercevez des débris.
Humeur : Sauvage
Date d'inscription : 14/06/2012

†Fiche Personnage†
Level: S
Race de Monstre: Ange (déchu)
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: [F-1] Would you love a monsterman ? [PV Jimena et Bruna]   Mar 15 Oct - 14:20

Le flot de pensées ne cessait de s'écouler, imperturbable et puissant, malgré toutes les supplications de Noïd pour arrêter de penser. Pour arrêter de se torturer. La logique de la scène lui échappait totalement... Deux femmes, qui le regardaient toutes deux comme si... Comme si quoi en fait ? Jimena semblait désolée, perdue, malheureuse.
Brune semblait énervée, perdue, malheureuse.
… C'était sa faute ? Noïd éprouva, l'espace d'un instant, la sensation que devait éprouver un héros de shônen lorsqu'il se retrouvait dans un manga sentimental. Un univers qui n'était... pas le sien, et dont sa compréhension était limitée... C'est dans ce genre de cas qu'il aurait aimé avoir une tapette comme Lazarus à côté de lui. Ce dernier devait être meilleur que lui pour régler ce genre de problèmes. Surtout qu'on racontait qu'il s'était trouvé une gonzesse... Au moins aussi entreprenante que lui (comprendre : score négatif).

"Euhm... Bon... Je crois que tout ça ne me regarde pas alors... Le mieux serait que vous discutiez tout les deux au calme, seuls."

Noïd tiqua. Seuls ? Elle était en train de dire que... Elle les foutait dehors ? La seconde d'après, elle l'avait attrapé par le bras et le tirait, dans un mélange de douceur et de dureté qu'elle était la seule à connaître, et... Le forçait à sortir. Il ne vint même pas à l'esprit du déchu de protester. Il était trop choqué par ce qui était en train de se passer.
Jimena... Le mettait à la porte. Jimena... Souhaitait qu'il sorte avec Bruna. Jimena... N'était pas amoureuse de lui. Il le savait déjà. Mais subir une nouvelle fois cette constatation faisait mal. Très mal. La seconde d'après, Bruna subissait la même chose. Noïd détourna les yeux, pour ne pas avoir à croiser le regard d'une des deux femmes. Colère. Amour. Il éprouvait pour les deux un savant mélange de ces deux émotions, sans savoir quelle partie prédominait.
Bruna, flamboyante, juste, digne, et belle.
Jimena, délicate, gentille, adorable, et belle.
Qu'est ce qui était en train de se passer dans sa tête ? C'était quoi ce problème que ses poings ne pouvaient pas régler ?

"Et ne vous en faites pas pour moi, je vais très bien. Je vais simplement plonger dans mon lit, et faire un ptit somme."

Bien ? Elle allait bien ? Mensonge, ce n'était qu'un abominable mensonge. Pourquoi retourner le couteau dans la plaie, Jimena ? Ta voix tremblait. Tes yeux brillaient. Mais pourquoi ? Pourquoi? Noïd parvint à soutenir son regard. Il aurait voulu lui dire l'infini. Au lieu de la, ce ne fut que du vide qui s'échappa de sa bouche grande ouverte, sans qu'il ne parvienne à mettre une parole sur le bordel que c'était dans son esprit.

"Bien. Il ne vous reste plus qu'à discuter tranquillement tout les deux. Et soyez heureux de vous retrouver, n'est ce pas ? Et... Merci pour tout."

« Merci pour tout. ». Cette phrase sonna comme un « Adieu, ne reviens jamais », dans l'esprit de l'ange aux cheveux blancs. Elle voulaient qu'ils soient heureux. Comment, sans elle ? La porte claqua. Noïd tendit la main, dans un geste dérisoire pour empêcher le claquement sec de retentir.
Maintenant, ils étaient seuls en face de cette porte.

Il regarda Bruna en face de lui.
Grande. Rousse. Identique et pourtant différente de ce dont il se souvenait. Etait-ce encore sa Bruna ?

Non, il ne pouvait l'appeler ainsi. Parce qu'il avait choisi de vivre, il avait choisi de ne pas vivre dans le souvenir de la seule personne qui lui avait témoigné de l'affection. Maintenant, son cœur balançait vers quelqu'un d'autre. Il s'était volontairement offert à elle tandis que l'autre Ange survivait dans un monde sans le lui dire, en se dissimulant à lui. Il avait cherché à vivre. Il avait cherché à assumer ses choix... Pour elle aussi. Il avait voulu qu'elle puisse être fière. Que dans la mort, elle sache qu'il était devenu réellement quelqu'un.

Douleur. Doutes. Regrets. Colère. Amour. En cette seconde, Bruna semblait expérimenter tout cela, au point ou des larmes perlaient dans ses yeux. Il se rappelait parfaitement de la dernière fois ou c'était arrivé. Des larmes d'abord. Puis...

" IDIOT !"

La claque le saisit, et le fit chanceler. Sa joue brûlait. Son cœur saignait.

****************************************************

Bruna le regardait, ses yeux dorés rendus flous par quelques larmes, avant de lui envoyer une baffe. Le jeune ange tituba, comme sonné. « Idiot ! Idiot ! Idiot », hurla-t'elle en lui envoyant quelques autres coups. « Ne dis pas de bêtises, Noïd ! Je... je ne supporterais pas qu'il t'arrive quelque chose ! »

Dans la bouche de quelqu'un d'autre, il se serait moqué d'une telle tirade. Mais pas venant d'elle, qui s'occupait de lui depuis qu'il était capable de penser. Noïd ouvrit la bouche, puis la referma, la rouvrit, et la renferma à nouveau. Il ne savait pas quoi dire. Alors il ne dit rien, et se contenta d'essuyer une larme sur la joue de son ancien professeur.


****************************************************

Est-ce qu'elle avait dit ça ? Il ne savait pas. Il ne savait plus. Dans son esprit, passé et présent se mêlaient sans qu'il ne puisse démêler ce qui se passait maintenant et ce qu'il avait essayé d'enterrer dans son esprit. L'ange aux yeux rouges vifs commença à perdre progressivement le contrôle.
Souvenirs. Présent. Pas la même chose. Pas la même chose. Et pourtant...
Noïd tituba, se ressaisit. Et comme dans un rêve, il se vit tendre la main, et essuyer gentiment les larmes qui coulaient du visage de Bruna. Bruna. Ange. Rousse. Belle. Ancien amour. Amour. Amour.
La main avec laquelle elle venait de le frapper était encore tendue. Sa main. Il en sentait encore la chaleur sur sa joue. Sa main. Cette chaleur.

****************************************************

Inquiet, Noïd accéléra la marche. Peut-être que plus tôt ils seraient rentrés, plus tôt elle lâcherait sa main. Ce flot de sensations n'était pas à proprement parler désagréable... c'était même le contraire. Mais c'était trop intense, cela lui donnait envie de perdre le contrôle de son corps, et cela lui faisait peur, surtout lorsqu'il jetait un regard à la dérobée à la déchue qui tenait se main, il avait envie de se jeter contre elle, de la prendre dans ses bras, de mordre son cou, de respirer ses cheveux de...
Il n'en eu pas le temps.
Dès qu'ils eurent franchit un virage, se retrouvant dans une des ruelles peu fréquentées qui conduisaient à la maison, elle lui sauta littéralement dessus, le plaquant contre un mur et collant avec vigueur ses lèvres contre les siennes. Quelques secondes dans un silence religieux s'écoulèrent, silence qui fut brisé lorsque Noïd lâcha à son tour ses sacs pour empoigner le visage de l'ange et le scotcher littéralement au sien.
Trop de sensations, trop de choses inconnues. Pas un n'était capable de se contrôler, alors qu'ils se rendaient chacun de leurs baisers avec une ardeur démultipliée, alors qu'ils avançaient peu à peu vers la maison.


***************************************************

Souvenirs. Présent. Est-ce que la nuance avait réellement de l'importance ? Sûrement pas, en fait. Il ne savait plus. Qu'est ce qui se passait maintenant, et qu'est ce qui s'était passé auparavant ? La main qui touchait la joue de Bruna se fit plus douce encore. Un souvenir la portait. Mais n'était-ce qu'un simple souvenir.... ? Noïd n'avait plus envie de réfléchir. Il avait trop mal. Son cœur lui faisait trop mal.

Presque indépendamment de sa volonté, il sentit son visage s'approcher de celui de Bruna.

Il se remémorait le goût de ses lèvres, comme s'il les avait quittée il y a a peine une seconde. Il se remémorait la rougeur qui avait envahie les joues de Bruna. Du désir qui avait secoué leur corps à tous les deux. De l'exaltation qui les avait pris en y cédant.

Noïd se rapprocha un peu plus.

Il se remémorait le ballet de leur corps, l'ouverture de leur cœur, la découverte de leur sens humain... Leur premier plaisir de la chair, les mots murmurés sur l'oreiller, la chaleur de sa paume, encore moite de ce qui venait de se dérouler...

Noïd s'approcha encore. Il pouvait sentir le souffle de Bruna faire voleter ses cheveux, il pouvait la sentir. Elle. En face de lui. Il pouvait sentir le frôlement de ses lèvres, qui caressaient presque les siennes... Il ferma les yeux. Plus du tout capable de séparer les différentes notions du temps. Etait-il le Noïd du passé ? Il ne voulait plus y penser. Il ne savait pas, et ça lui allait très bien comme ça.
Noïd laissa ses lèvres toucher celles de Bruna.

Il ne voulait plus réfléchir. Trop d'émotions en un coup. Le retour de Bruna. La détresse de Jimena. Elle qui le repoussait... Jimena ?
Jimena. La femme qu'il...
Noïd cilla. Et soudainement, il réalisa ce qu'il était en train de faire. Et il entendit un sanglot étouffé, de l'autre côté de la porte.
Et il repoussa Bruna et sauta en arrière. Complètement groggy, la réalité venait de lui retomber dessus avec la finesse d'une batte de base-ball entre les mains d'Adam Mayers. QU'EST CE QU'IL VENAIT DE FAIRE, BORDEL ?

Un coup de tête. Une vitre qui explose, le bruit qui retentit dans le couloir, par coup de chance désert. Noïd laissa couler le sang d'une plaie qui venait de se faire sur son front. Quelque part, cette sensation de douleur était authentique. Elle l'ancrait dans la réalité.

- « … Putain, je suis vraiment un gros con. Bruna, je suis désolé, je n'aurais pas du faire ça... »

Trop paraissait plus clair. L'émoi passé, Noïd se sentait de nouveau maître de lui-même. Un bien détestable maître de lui-même.
Noïd avança vers la porte de la chambre, et actionna la poignée. Elle n'était pas verrouillée. Noïd entra dans la chambre, sans penser à Bruna qui restait dehors.
Jimena. Elle était la, recroquevillée contre un mur. Pleurant. Vulnérable. Et c'était de sa faute.

- « Jimena... »

Noïd hésita un instant, puis s'avança. Il s'accroupit, et pris la jeune femme dans ses bras. Par ses conneries, il avait blessé trois personnes. Lui-même, Bruna et Jimena. Il n'était sûr de rien, à vrai dire. De quel côté balançait son cœur, de ses sentiments, des sentiments des deux femmes.
Il n'y avait que d'une chose dont il était sûr. Il ne voulait pas laisser partir Jimena. Il ne voulait pas la laisser seule.

- « Ça va aller, Jimena... Ne pleures plus. Je suis la... Je ne vais pas partir, détends-toi... »
Revenir en haut Aller en bas
Jimena Jewel
avatar
Nombre de messages : 218
Age : 23
Date d'inscription : 19/04/2011

†Fiche Personnage†
Level: B
Race de Monstre: Sorcière
Karma:
130/200  (130/200)

MessageSujet: Re: [F-1] Would you love a monsterman ? [PV Jimena et Bruna]   Jeu 17 Oct - 18:20

Elle se boucha les oreilles. Elle ne voulait pas les entendre partir, les entendre parler. Elle ne devait rien savoir. Ne voulait pas. Ca ne la concernait plus. Pas.

Seulement voilà. Si elle n'avait plus rien pour se distraire, elle n'avait d'autre choix que d'écouter ses petites voix dans sa tête, petites voix désagréables qui disaient tout le contraire de ce qu'elle voulait entendre. Flot de pensées qu'elle ne pouvait stopper, elle savait de toute façon que cela arriverait. Elle voulait juste tenter de rester calme le temps qu'ils s'en aillent. Parce qu'ils allaient partir. Tout les deux, ensemble.

Ne pas pleurer, ne pas pleurer, ne pas pleurer. Retenir les quelques sanglots qui surviennent, vite. Inutile de pleurer. Et disparaître. Combien de fois avait-elle rêver de pouvoir s'effacer ? D'une situation ou elle était plus un poids pour les autres qu'un réel soutiens ? Des centaines de fois. C'était ce qu'elle essayait de faire là. Sortir de la tête des deux dehors, ceux juste derrière cette porte, et en particulier de celle du garçon. Il s'était trompé, il allait s'en rendre compte avec l'arrivée de Bruna. Tout allait redevenir comme avant. Exactement comme avant.

Et cette idée ne la faisait pas sourire visiblement. Etait-ce simplement le contre coup de cette journée ou était-ce autre chose ? Elle avait peur. Et pas que de savoir ce qu'il y avait dans cette cabane, même si cette question la hanterai probablement durant encore un long moment. D'ailleurs Bruna était censée ramener quelqu'un là-bas pour vérifier que... Allait-elle y aller ? Etait-elle déjà parti en compagnie de Noïd ? C'était possible. Mais un mot de la rousse, à peine audible lui signe du contraire. Ils n'étaient donc toujours pas partis. Pourquoi traînaient-ils encore ici ? Jimena voulait rester seule et... Et pouvoir se morfondre encore. Personne ne devait la voir comme ça. Elle pleurait déjà tellement en ce moment, et parfois devant des gens. Elle ne voulait pas recommencer. Elle ne voulait pas qu'on la voit si fragile, elle ne voulait pas qu'on lui pose des questions, en fait elle ne voulait pas qu'on s'intéresse trop à elle. Parce qu'elle ne le méritait pas ? Tout comme elle ne méritait pas Noïd.

Mais il fallait tout de même admettre que... Sa déclaration lui avait fait plaisir dans le fond. Elle lui avait d'abord fait peur, elle n'y avait même pas cru. Puis tentant de se convaincre que tout cela pouvait être vrai, elle commençait tout juste à apprécier ce fait. Enfin, maintenant, il fallait se rendre à l'évidence, il ne l'aimait pas. Plus. Pas. Bon. Un pas en avant, deux pas en arrière.

Il fallait aussi admettre que le perdre lui faisait peur. Mais elle savait qu'il ne la laisserai pas complètement tomber, enfin elle l'espérait, alors pourquoi était-elle si effrayée à l'idée qu'il s'en aille avec Bruna ? De toute évidence, la petite brunette était plus attachée à Noïd qu'elle ne voulait l'admettre. Toute façon c'était trop tard maintenant, elle était revenue. Trop tard pour quoi de toute façon ? Mais qu'est ce qu'elle racontait ? Elle était fatiguée, pensait n'importe quoi. Penser une chose, penser l'inverse trente seconde après, contradiction à tout va, plus rien n'était vraiment cohérent. Peut-être allait-elle s'endormir, recroquevillée contre un mur. Ce serait pas la première fois.

Le bruit du verre qui explose fit sursauter Jimena. Elle avait beau avoir les oreilles bouchées, la porte avait beau être fermée, le bruit transparaissait très bien. Elle s'était d'un coup tournée vers la porte, complètement effrayée. Que pouvait-il bien encore arriver ?! Elle entendit la voix de Noïd de l'autre côté, mais son coeur battait tellement vite qu'elle ne comprenait rien de ce qu'il disait. Puis un instant après, la poignée se baissa. On allait entrer, Jimena n'avait même pas penser à fermer la porte à clé...

Elle reconnut Noïd à l'instant ou ses cheveux blancs pointèrent le bout de leurs... Pointes. Elle fut soulagée durant une demi seconde, puis elle vit le sang couler de son front. MAIS BORDEL IL AVAIT ENCORE FOUTU QUOI ?! Elle se frotta les yeux très rapidement alors qu'il prononçait son nom. Pourquoi est ce qu'il avançait vers elle ? C'était dans l'autre sens qu'il devait aller. Pourquoi ses pas se dirigeaient vers elle ? Pourquoi est ce qu'il la regardait comme ça ? Pourquoi son coeur ne cessait de tambouriner dans sa poitrine alors même qu'il n'y avait plus de danger ? Pourquoi est ce qu'il s'agenouillait pour la prendre dans ses bras, et pourquoi est ce qu'elle l'acceptait, alors qu'elle savait pertinemment que Bruna était juste là, dehors ? Et surtout, pourquoi ne voulait-elle plus le lâcher ?

« Ça va aller, Jimena... Ne pleures plus. Je suis la... Je ne vais pas partir, détends-toi... »

Comment avait-il su que c'était ce qu'elle voulait entendre... ? Elle enfoui son visage contre lui, s’imprégna de son odeur, cette fois-ci, elle voulait profiter de l'étreinte, vraiment. Elle laissa échapper les dernières larmes puis se força à se calmer. Il y avait plus important maintenant. Après quelques secondes, elle recula un peu, se frotta les yeux, renifla, puis releva les yeux vers lui et plus précisément vers son front.

"Noïd, mais qu'est ce que tu as fais ?"

Dans un geste réflexe, elle effleura son front du bout des doigts.

"Tu saignes encore..." murmura t-elle.

C'est à ce moment précis qu'elle se rendit compte qu'ils étaient proche, trop proche. Ses joues prirent feu et elle détourna la tête avant de se relever pour attraper un paquet de mouchoir sur son bureau. Elle croisa le regard de Bruna au passage, indescriptible. Bruna qui était amoureuse de lui en principe. Elle se rendit compte de son erreur. Et de nouveau l'envie de fuir lui prit à la gorge. Elle tendit le paquet de mouchoir à Bruna et dit alors:

"Je.. Euh... Tiens, prends ça et occupe-toi de sa blessure, je vais voir si je peux pas trouver un peu.. Un peu d'eau ?"

De l'eau, c'était le premier truc qui lui était passé par la tête. Cela dit elle ne serait pas contre, sa gorge était un peu trop sèche à présent...
Revenir en haut Aller en bas
Bruna Brumelune
avatar
Nombre de messages : 50
Age : 30
Date d'inscription : 20/03/2013

†Fiche Personnage†
Level: A+
Race de Monstre: Origine
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: Re: [F-1] Would you love a monsterman ? [PV Jimena et Bruna]   Lun 23 Déc - 16:10

Les larmes coulent le long de son visage, ruisseaux de désespoir.

Bruna ? Luna ? Qu'importe. Plus rien n'a d'importance à part sa main qui lui cuit et le garçon en face de lui. Lui. Celui qu'elle a aimé. Qu'elle pensait toujours aimer. Et qu'elle se découvre détester aujourd'hui.

Petit ruisseau devient rivière folle alors que ses pensées s'agitent.

Plus d'eux. Plus que lui et elle. A jamais. Plus jamais de "eux"... Ca fait mal.
Ca la dévore, cette chose folle dans sa poitrine. Ca tourne, tourne, tourne, et ça ronge et ça mord sa chair, ça cherche à se frayer un chemin vers l'extérieur en lui arrachant des morceaux de coeur. Ca cherche à sortir au grand jour. Ca cherche à lui rendre la souffrance qu'elle ressent.
Pauvre petite chose enfermée. Rouge comme les yeux de l'ange, aussi violente que lui et douce comme le serait son sang, comme l'était sa peau. Pauvre chose qui n'a jamais demandé à exister.
Pauvre elle.

Torrents qui brulent au lieu d'abreuver.

Elle ferme les yeux, tentant d'endiguer ces larmes autant que l'avancée de cette douleur. Sa poitrine se serre lorsque ses yeux se posent sur l'empreinte rose de sa main sur la joue de son ancien amant, étrange mélange de plaisir et regret. Le rose n'est pas bon. Elle voudrait que cette peau devienne rouge sang. Ou blanc d'ange. Pas rose. Pas entre les deux. Pas maintenant.

Barrage. Une chaleur sur son visage. Blanche, rouge, rose ? Peu importe. Juste cette douceur d'antan, ce souvenir devenu réel qui vient la consoler, calmer cette chose. Son visage se tend en avant instinctivement, plus proche de ce souvenir. Elle veut y croire. A cette caresse. A cette promesse. Il est là pour elle. C'est tout son corps qui se tend, et cette bête si dangereuse s'arrête un instant, comme hypnotisée par la caresse.

Plus proche, et ce souffle tiéde qui effleure sa joue, se rapproche de ses lèvres. Une main sur son épaule, et elle ne sursaute pas de surprise. Il n'y a plus de surprise. Pas de surprise dans le passé, tout est figé. Elle sait ce qui va arriver. Ce qu'il va faire. La chaleur qui embrase son visage et cette respiration profonde qu'elle entend. Qu'elle ressent. Leurs souffles s'accélèrent et se mêlent, comme un rythme repris ensemble. Ils sont tout proches. C'est leur souvenir à eux.

Et le contact tant attendu. Les lèvres s'effleurent et le baiser s'approfondit alors qu'ils se goutent l'un l'autre, s'explorent. Se redécouvrent comme cette première fois. Salé, sucré. Mou, dur. Lui, elle. Eux.

Froid.
Il la repousse brutalement. Elle rouvre les yeux sous la surprise. Il n'y aurait pas dû avoir de surprise. Il n'y aurait pas dû.

Et Noid recule, se jette tête la première contre une vitre. Elle n'a pas le temps de réagir et de s'interposer. Trop rapide. Elle avance d'un pas, voulant le soigner l'empêcher de se faire mal. Son bras se tend, il ne doit pas se faire mal. Il doit revenir et terminer ce souvenir, revivre avec elle cet instant magique où eux deux existaient. Que la surprise n'existe plus.

Il lui fait face.

Plus de rose sur sa figure. Mais du rouge. Rouge sang.

« … Putain, je suis vraiment un gros con. Bruna, je suis désolé, je n'aurais pas du faire ça... »

Il se rue vers la porte de la chambre alors qu'elle reste figée. Passé. Présent. Futur. Plus rien n'a d'importance en cet instant, plus rien. Ce qu'elle a été, est, sera. Rien. Tout se réduit à ce rouge.

Noid rouge.
Sang rouge.
Jalousie rouge.

Il. Elle. Non, même pas. Il. Elles. Jimena. Bruna et Luna.

Eux meurt. N'a jamais été, n'est pas, ne sera jamais. Eux disparait, dévorée par cette petite chose dans son coeur.

La porte. Elle s'y glisse. S'y arrête. La brune, dans les bras de son protégé. Il la berce, la touche. Elle se laisse faire. Son visage se cache contre son torse, à l'abri de tout. Ils sont ensemble. Ils se réconfortent. Ils sont, seront ensemble. Elle le voit lui chuchoter des mots doux à l'oreille. Tout ira bien. Il est là pour elle. Tout ira bien, il veillera sur elle. Pour toujours. A ses cotés.

Les larmes ne coulent plus. La bête ronge ronge ronge ronge ronge ronge ronge, mange les larmes, mange les sentiments, mange ce qu'elle est.

Comme dans un songe, elle voit la brune passer la main sur le front de son amant et lui adresser un reproche inquiet. Pas de sentiments. Pas d'odeur. Pas de son. Pas de couleur. Rien.

Mange mange mange mange mange mange mange.

Si.
Une chose.
Rouge sang. Fer du sang. Ca ressort, les marquent dans le décor inexistant. Cette main ensanglantée, ce front endolori. Rouge de maintenant...

Dévore dévore dévore dévore dévore.

Et cette main qui se tend vers elle, lui tendant un objet. Ce rouge qui se rapproche. Jusqu'à envahir son champ de vision. Ce rouge qui l'empêche d'oublier, de ne plus être.

La bête surgit et lâche un unique ordre. Tue.

La porte claque derrière elle. Le sol vibre. Le bois vibre. Elle vibre Le mouchoir se coule autour de la main tel un glaçon fondu et se solidifie, l'enserrant. Le rouge disparait un instant puis reparait à travers la mince couche de papier. Intolérable. Elle veut oublier. Serrer. Plus fort. Encore.

Elle veut oublier. Tout effacer. Une page blanche pour avoir un futur.

La bête effacera tout.
Revenir en haut Aller en bas
Noïd Ochita
avatar
Nombre de messages : 115
Age : 25
Localisation : La ou vous apercevez des débris.
Humeur : Sauvage
Date d'inscription : 14/06/2012

†Fiche Personnage†
Level: S
Race de Monstre: Ange (déchu)
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: [F-1] Would you love a monsterman ? [PV Jimena et Bruna]   Ven 31 Jan - 10:35

"Noïd, mais qu'est ce que tu as fais ?"

La douce douleur de doigts fins qui effleuraient sa blessure. Noïd se surprit à sourire. La douleur était quelque chose qu'il connaissait. Quelque chose qu'il connaissait mieux que personne. Mais aucune douleur n'avait jamais été douce que celle qu'il éprouvait aujourd'hui, venant de ces petits doigts qui touchaient sa blessure.
Il croisa son regard, et aussitôt, l'envie de la serrer dans ses bras, de l'embrasser le saisit, avec la virulence et la vigueur d'un feu de forêt. Mais il ne le fit pas. Il avait senti la présence de la personne qu'il avait aimé dans la pièce. La présence de Bruna qui les avait suivi. Jimena qui se lève, semblant penaude.
Bruna qui les regarde. Quelle était ce regard ?

"Je.. Euh... Tiens, prends ça et occupe-toi de sa blessure, je vais voir si je peux pas trouver un peu.. Un peu d'eau ?"

Une porte qui claque. Noïd qui tourne la tête, alarmé. Bruna les regardait. Mais... était-ce encore Bruna ? Non, ce regard... Ce regard n'était pas celui de la femme qu'il avait adoré plus que n'importe qui. Dans ce regard, il voyait de la haine. Deux femmes. Deux regards.
Jimena, pure et innocente. Regard qui traduisait de l'incompréhension, de l'inquiétude, de la gentillesse aussi.
Bruna, revenue et différente. Regard reflétant... reflétant quoi en fait ? A vrai dire, il ne le savait pas lui-même. Mais ce que cela reflétait n'était pas bon. C'était même... effrayant. Le mouchoir tendu s'anima. Noïd tiqua.

Une pulsion meurtrière. Pulsion de mort, de mort, de mort. De destruction. Noïd réagit par instinct. Se levant brusquement, il tira Jimena en arrière, l'amena contre lui, pour l'éloigner de cette promesse de destruction par mouchoir interposé et... s'employa à neutraliser la menace.
Le coup de poing fusa, avant même qu'il ne songe à ce qu'il faisait. Juste avant qu'il ne la touche, Noïd réalisa ce qu'il faisait, et parvint à empêcher son poing d'être empli d'énergie et donc de risquer de la blesser.
Mais il la toucha quand même, l'atteignant au beau milieu de la joue et la projetant en arrière. Sonné, Noïd considéra son poing. Il venait de coller une droite à l'être qu'il respectait le plus au monde.
Oups.

- « …Bruna, qu'est ce que tu viens d'essayer de faire ? »

Il avait réagi purement par instinct. Et s'il avait réagi par instinct, c'était parce qu'il y avait eu danger. Il n'avait pas été à l'aise dans les événements des dernières minutes, parce que la douceur et le tact étaient loin d'être ses domaines de prédilection. Mais en revanche, la, il connaissait. Il y avait eu attaque, puis contre attaque, clair, net, concis. Et maintenant qu'on était de nouveau dans ses domaines, il agissait naturellement. Et maintenant qu'il était naturel, un autre sentiment se frayait un passage vers son esprit.
La colère.

- « N'essaies plus jamais de recommencer. De la même manière que je serais prêt à péter la gueule de n'importe qui qui te toucherais... Je ne te permettrais pas de toucher à Jimena. Même si c'est ton minois que je dois bourrer de coup de poings. »

Pourquoi exactement était-il en colère ? Parce que quelqu'un s'en était pris à Jimena ? Ou parce que Bruna... avait changé ? Il pouvait le dire, elle n'était plus la personne qu'il avait adoré plus que tout. Elle n'était plus l'ange qui l'avait bercé, giflé, aimé, formé. Ce qu'elle était devenu était bien plus sombre, bien plus froid, bien plus... Ombre. L'effroi qui le saisit à cette pensée fut balayé en un instant. C'était idiot après tout... Ou alors est-ce que Anod avait quelque chose à voir avec tout ça ? Non... sûrement pas.
Mais était-ce seulement Bruna qu'il avait devant lui ?
Réalisant qu'il tenait encore Jimena contre lui, il s'écarta doucement. Cette fois, il ne rougit pas. La tension du combat était encore présente, et l'empêchait de penser à autre choses qu'aux événements actuel. Pourquoi est-ce que la situation était si compliquée ? L'ange déchu s'essuya un peu de sang qui lui obstruait la vue, et le contempla. Le sang... C'était quelque chose qu'il parvenait à comprendre au moins.
Mais il n'avait pas envie de répandre celui de celle qu'il avait aimé. Même si ce n'était plus elle à qui il avait affaire.

- « Jimena... Tu ferais bien de reculer un peu. Bruna n'a pas l'air bien. Et moi non plus. »

Car sous l'effet de l'incompréhension, sa colère croissait. Et lorsque sa colère croissait, c'était toujours mauvais signe. Noïd n'avait qu'une envie, c'était de tabasser quelqu'un (Anod de préférence). Il fit craquer ses doigts nerveusement. Non, ne pas hurler de rage. Tu peux te contenir, Noïd. Ne cède pas à la colère. Ne fais pas ça à Jimena.

- « Kh ! Jim... Est-ce que c'est moi qui lui fait cet effet la, ou elle a déjà tenté de t'attaquer auparavant ? »
Revenir en haut Aller en bas
Jimena Jewel
avatar
Nombre de messages : 218
Age : 23
Date d'inscription : 19/04/2011

†Fiche Personnage†
Level: B
Race de Monstre: Sorcière
Karma:
130/200  (130/200)

MessageSujet: Re: [F-1] Would you love a monsterman ? [PV Jimena et Bruna]   Dim 9 Fév - 14:20

Elle tendait simplement un mouchoir. Un simple mouchoir. Et ça pouvait se transformer en arme dangereuse ? Bien que cela fasse plus d'un an à présent qu'elle était ici, on pouvait encore visiblement bien l'étonnée. Non seulement ça mais aussi le fait que Bruna se mette à lui faire du mal, alors qu'elle avait été si bienveillante avec elle quelques minutes auparavant.

La porte avait claqué si fort que cela l'avait fait sursauter. Et ensuite le mouchoir avait commencé à... fondre ? Elle n'eut pas le temps d'essayer de retirer sa main que Noïd l'avait déjà tirée en arrière, lui coupant le souffle. Sacré réflexe qu'il avait. Son poing fusa tellement vite qu'elle n'eut pas le temps d'essayer de l'en dissuader. Bruna avait bien fait trois quatre pas en arrière sous le coup, et elle aurait un joli bleu à sur la joue à la fin de la journée. Elle ne comprenait pas. Jimena était... Perdue. Pour pas changer.  Elle jeta u napide coup d'oeil sur sa main, le mouchoir n'avait pas suivit le mouvement. Puis très vite elle releva la tête vers Bruna. Elle avait soudainement changé. Son regard n'était plus le même, et même si la petite sorcière n'acceptait pas le fait que Noïd l'ait frappé, elle ne se rua pas vers elle pour l'aider. Parce qu'elle avait peur. Bruna lui faisait peur à présent. Et les bras de Noïd, rassurants, l'empêchait de bouger.

« …Bruna, qu'est ce que tu viens d'essayer de faire ? »

Elle devait.... Etait-ce contre elle qu'elle était énervée ? Etait-elle jalouse de la relation qu'elle entretenait avec Noïd ? Même si... Même si... MEME SI... Mais pourquoi elle n'arrivait pas à se dire qu'elle n'était pas amoureuse de Noïd ? Trouvait-elle ça trop cruel à dire ou... Oui enfin, pas sûr que ce soit le meilleur moment pour se poser ce genre de question.

« N'essaies plus jamais de recommencer. De la même manière que je serais prêt à péter la gueule de n'importe qui qui te toucherais... Je ne te permettrais pas de toucher à Jimena. Même si c'est ton minois que je dois bourrer de coup de poings. »

Elle savait déjà que Noïd serait près à pas mal de chose pour la protéger. Mais frapper une femme qu'il avait aimé auparavant... Qu'il aime peut-être encore... Qu'il aime sûrement en fait. Une fois de plus, elle eut peur que Noïd ne l'abandonne, sensation accentuée par le fait qu'il finisse par la lâcher.



« Jimena... Tu ferais bien de reculer un peu. Bruna n'a pas l'air bien. Et moi non plus. »

Nan, hors de question qu'elle le laisse tomber, et hors de question qu'ils se battent ici et maintenant. En plus tout ça c'était sa faute. Elle se mettait en travers de leurs chemins et c'était... Mal.

 « Non, s'il vous plait... »

Les mots eurent tellement de mal à sortir de sa bouche, qu'ils étaient presque inaudibles. Oui elle avait peur. De Bruna qui avait changé. Et de ne pas pouvoir contenir la colère de Noïd. Elle ne pouvait pourtant pas simplement le laisser faire. Bruna finirait par se calmer. Si on lui expliquait qu'il n'y avait rien entre elle et Noïd peut-être qu'elle se calmerait elle aussi et qu'elle comprendrait. Nouveau pincement au cœur. Elle n'avait aucune envie de dire cela. Aucune.

« Kh ! Jim... Est-ce que c'est moi qui lui fait cet effet la, ou elle a déjà tenté de t'attaquer auparavant ? »

Non... Elle n'avait rien tenté auparavant. Et ce n'était pas lui qui lui faisait cet effet-là, mais Jimena. Elle était jalouse, elle avait agit sous la colère et c'était à elle de la rassurer.

« Eh ! Pas besoin de s'énerver d'accord ? Je veux dire...

Ses yeux débordaient déjà de larmes. Elle avait tout juste commencé à parler, comment allait-elle pouvoir continuer ? Pourquoi avait-elle tant de mal ? S'interposant entre les deux, elle ajouta.

« Ca fait longtemps que vous ne vous êtes pas vous alors c'est compliqué mais y'a pas besoin de se battre pour ça. C'est pas ce que vous souhaiter, vous foutre sur la gueule. Alors ne soyez pas stupide et arrêtez maintenant ! Et puis Bruna n'a pas du le faire exprès, elle était en colère, c'est tout. Elle a agit sans réfléchir. Exactement tout comme toi... Vous êtes fait l'un pour l'autre on dirait...

Petit rire nerveux. Et de nouveau son cœur qui lui fait mal. Y'avait sûrement une raison. Et fallait peut-être arrêter de se voiler la face à un moment. Elle était plus attachée à Noïd qu'elle ne voulait le laisser croire. Mais c'était trop tard pour ça maintenant qu'elle était revenue.

« Faites l'amour, pas la guerre BORDEL !

Rire nerveux qui contrastait avec les larmes qui débordaient de ses yeux. Au moins ils ne se douteraient pas de pourquoi elle pleure. C'était difficile, elle avait mal, mais elle cédait sa place. Elle n'en avait aucune envie, mais elle le devait.

Elle renifla. Elle n'avait pas de mouchoir. Et n'en voulait pas tant que Bruna serait dans la pièce. On ne sait jamais si il lui viendrait à l'idée d'essayer de geler son nez...
Revenir en haut Aller en bas
Bruna Brumelune
avatar
Nombre de messages : 50
Age : 30
Date d'inscription : 20/03/2013

†Fiche Personnage†
Level: A+
Race de Monstre: Origine
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: Re: [F-1] Would you love a monsterman ? [PV Jimena et Bruna]   Dim 23 Fév - 11:30

Tout vibrait. Elle. Le mouchoir. La porte. Le mur. La bête voulait tout abattre, tout détruire. Tout effacer. Tout -

Le coup vola.

Elle fit trois pas en arrière, sa main gauche venant spontanément frotter sa joue endolorie. Le brouillard dans lequel elle était noyée si dissipa par lambeaux, les couleurs réapparaissant au rythme de la douleur lancinante qui pulsait sous sa paume. Les odeurs, les sons, le monde, tout revint à sa place. Que s'était-il passé ?!

Noid recula, venant spontanément se mettre entre elle et Jimena. Le beau chevalier blanc qu'il était, auréolé de franchise et de loyauté... Elle eut un haut le coeur  lorsque quelque chose dans sa poitrine se serra. Ronge ronge ronge les barreaux de la cage. Qu'est-ce que...

- …Bruna, qu'est ce que tu viens d'essayer de faire ? »

Bruna ? Non, Luna. Elle était Luna, plus Bruna. Elle n'avait rien à faire de cet ange déchu, rien à faire de ses regrets. Rien du tout. Alors pourquoi, pourquoi réagissait-elle ainsi ?! Qu'est-ce que qui se passait dans sa tête ?!

- Je ne sais pas... chuchota-t-elle sans même s'en rendre compte.

Luna était perdue, Bruna tout autant. Ce qu'il venait de se passer perdait tout son sens. Il y avait eu de la trahison. De la douleur. Du chagrin. Mais ces mots, quelques secondes plus tôt si riches de sens, n'étaient désormais plus que des coquilles vides. Des pantins morts, qui n'avaient ni vie ni âme. Juste... des mots. Comment des mots pouvaient ils la faire réagir ainsi ?!

- « N'essaies plus jamais de recommencer. De la même manière que je serais prêt à péter la gueule de n'importe qui qui te toucherais... Je ne te permettrais pas de toucher à Jimena. Même si c'est ton minois que je dois bourrer de coup de poings. »

Un des pantins reprit vie. Colère. Luna lui décocha un regard plein de rage. Il n'avait pas à lui ordonner quoi que ce soit. Jimena était sa proie. Son dû. Elle la protégerait jusqu'à ce qu'elle soit à point, la cueillerait quand elle le désirerait. Et ce n'était pas un traitre qui avait à lui dicter sa conduite. Un tel homme... non, même pas un homme. Elle refusait de l'appeler ainsi, sans elle il ne serait encore qu'un garçon. S'il la refusait elle, il n'avait aucun droit de se servir de ce qu'elle lui avait apporté. De ces principes - ah, quels beaux principes ! qu'elle lui avait inculqués patiemment. De ces gestes doux qu'elle lui avait appris dans l'intimité de cette ruelle. De cette vie pour laquelle elle s'était sacrifiée.

Elle ferma les yeux, un instant, se concentrant sur son souffle avant de se laisser submerger une nouvelle fois. Luna. Elle était Luna. Monstre, souffrance, vengeance. L'amour et la déception de Bruna n'avait rien à voir avec elle.

« Jimena... Tu ferais bien de reculer un peu. Bruna n'a pas l'air bien. Et moi non plus. »

Oh non, Bruna n'était pas bien. Pas bien du tout. Mais savoir que Noid n'allait pas bien non plus la calma un peu. Soulagement minime et ô combien noir, mais soulagement quand même. Il ne méritait pas de se sentir bien... Luna la laissa savourer ce ressentiment doux-amer et reprit la place, l'enjoignant de la laisser gérer la situation. Pour elles deux.
Ses yeux se rouvrirent et se posèrent sur Jimena, se teintèrent d'amusement à la vue de cette brebis tentant de défendre la louve dans la bergerie. Pauvre folle. Si tendre, si délicieuse. Si innocente ?
Bruna ne réagit pas à cette pensée.

« Kh ! Jim... Est-ce que c'est moi qui lui fait cet effet la, ou elle a déjà tenté de t'attaquer auparavant ? »

La rousse reporta son regard cramoisi sur l'a- sur Noid. Elle tiendrait la rage en réserve le temps qu'il faudrait, enfermée dans son coeur, laissant au bon soin de Bruna de la polir et de la préserver jusqu'à ce qu'elle puisse l'exprimer sans témoin. Un regard neutre, froid, analytique, sous lequel pouvait un intime pourrait percevoir la tempête de sentiments qui l'agitaient - mais il n'existait personne en ce bas monde qui soit assez proche d'elle pour pouvoir passer derrière les miroirs de ses prunelles. Personne. Sa bouche s'ouvrit pour laisser passer une réponse aussi froide que ce qu'elle voulait laisser transparaitre, mais Jimena couvrit sa voix d'un bêlement geignard.

« Eh ! Pas besoin de s'énerver d'accord ? Je veux dire...

Luna tourna la tête vers elle, Noid aussi. Elle se détesta aussitôt d'avoir remarqué ce détail. Personne.

« Ca fait longtemps que vous ne vous êtes pas vous alors c'est compliqué mais y'a pas besoin de se battre pour ça. C'est pas ce que vous souhaiter, vous foutre sur la gueule. Alors ne soyez pas stupide et arrêtez maintenant ! Et puis Bruna n'a pas du le faire exprès, elle était en colère, c'est tout. Elle a agit sans réfléchir. Exactement tout comme toi... Vous êtes fait l'un pour l'autre on dirait...

Comme lui. L'un pour l'autre. Des mots qui perçaient son coeur un peu plus.
ronge ronge ronge ronge ronge
Luna serra les dents, ordonnant à Bruna de se contenir encore un peu. Le prochain massacre serait pour elle, elle le lui promettait, mais pas ici. Pas maintenant. Même si Noid n'était qu'un traitre. Même si Jimena n'était qu'une bécasse gloussante. Pas eux. Pas aujourd'hui.

« Faites l'amour, pas la guerre BORDEL !

L'amour... Cette greluche savait-elle ce dont elle parlait ?! Bruna ne put se retenir devant ce sujet qui, semblait-il,  la faisait rire et c'est d'une voix commune que Luna et elle répondirent froidement : "Tais toi. Ne parle pas de ce que tu ne connais pas."

La douce et tendre Bruna n'avait plus lieu d'être ici. Elle ne devait être que de glace, pour ne pas se fendre de douleur et ne pas laisser toute la rage sortir. Juste des faits. Juste des mots.
Juste mal.

Les yeux plongés dans ceux de Jimena, elle continua d'un ton tout aussi atone : " J'ai renoncé à l'immortalité pour Noid. A tous mes pouvoirs. Je suis morte pour lui. Pire encore, par lui puisque c'est son Ombre qui a causé tout ça. Ne me parle pas d'amour. Tu n'as aucune idée de ce que c'est."

Sa respiration se fit saccadée sur la fin. Qu'en savait-elle, elle ? Elle toisa la brune de haut en bas. Elle l'avait croisé dans ce lycée. Sans doute lui avait-elle tenu la main. Echangé un baiser ou deux. Peut-être couché ensemble. A quoi avait-elle dû consentir pour ça ? A un cours séché ou deux ? Peut-être une escapade nocturne malgré le couvre-feu ? Elles n'avaient rien à voir. Rien.

Elle tourna la tête vers Noid. Celui-ci lui paraissait étrangement flou sous cette lumière. Terne. Pâle. Ailleurs. "Tu te souviens du précédent déchu, Noid ? lui demanda-t-elle d'une voix qui commençait à trembler. Trois jours, qu'il lui a fallu pour revenir. Trois putain de jours !"

Le cri lui avait échappé. La porte derrière elle tremblait de nouveau. Elle devait se ressaisir. Vite. Elle expira longuement, essayant de retenir les larmes qui désormais lui dégoulinaient sur les joues.

"Et un an après, je te retrouve enfin. Au détour d'un couloir, en raccompagnant une jeune fille qui a eu un malaise. Et tes premiers mots ont été pour m'accuser d'être revenue Noid...

Une dernière fois, elle se retourna vers la jeune femme, tournant délibérément le dos à Noid. Elle espérait qu'il avait mal. Vraiment mal.

"Profite bien de son amour, jeune fille. Visiblement, il a une date de péremption. Un an."

Les laissant là, elle sortit. Referma délicatement la porte derrière elle.

As tu eu ce que tu voulais, Bruna ?
Aucune réponse ne vint du fond de son esprit. Juste un sanglot. A moins que ce ne soit un gémissement de rage ? Luna n'aurait su le dire. Tout ce qu'elle savait, c'est que pour la première fois de sa vie, elle n'avait pas provoqué sciemment la douleur pour s'en délecter mais pour se soulager de la sienne. Etait-ce donc ça, d'être humain ?
Revenir en haut Aller en bas
Intervention éclair
avatar
Nombre de messages : 28
Age : 27
Date d'inscription : 10/08/2013

MessageSujet: Re: [F-1] Would you love a monsterman ? [PV Jimena et Bruna]   Jeu 12 Juin - 6:17

Non mais ça suffit oui ?!

La porte en a ras la casquette d'être traité comme un... comme un meuble ! Claquée, rouverte, reclaquée, tripotée, merde quoi ! Elle ne bougera plus d'un pouce, compris ? Nada, nichts, zero. Pause syndicale autoproclamée Vous deux, vous restez dedans, et l'autre elle reste dehors, okaaaaaaaaay ?!

________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [F-1] Would you love a monsterman ? [PV Jimena et Bruna]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[F-1] Would you love a monsterman ? [PV Jimena et Bruna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Let Love Lead The Way [PV]
» 05. I Love Rock'n Roll [PV ERIN]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rosario † Vampire rpg  :: Hors RPG :: RPs finis/abandonnés :: TOUS RPS AVANT FERMETURE-